Une nouvelle marche de gravie :)

« Attention Héliceeeeeeeeeee ! » …
Hé j’suis con, je ne suis plus en Guadeloupe, la verrière est fermée, personne ne m’entendra :p
Strobe sur On ; flash pour me signaler.
Un coup de clé et démarrage au quart de tour tout en douceur. Instruments Ok.

Talons bien en place, je pousse doucement les gaz.
J’ai l’impression de faire mon 1er vol en tant qu’élève pilote, tant je fais tout, tout doucement, comme une légère peur de ne pas maîtriser la bête. Je m’avance vers le point d’arrêt. Checklist « ACHEVER ».

Alignement…
Gazzzz, c’est Parti !
Hummm, je ressens ce que tu veux faire joli Colibri mais tsssss, non, non ! … c’est qui le patron ?

Alors, bien garder l’axe… rotation… montée initiale….

Top ! Un coup d’œil à ma montre, le timing est noté.
Prends le Cap

Ma navigation est clair : je l’ai bien préparé sur le papier ; mon copilote Jérémie m’a validé la démarche.
Bye, bye la log de nav à la façon Pilote avion : on va tester à la façon Pilote ULM Pendulaire sans crayon probablement celle des 1er pionniers d’ailleurs.

Direction le nord en longeant la Saône par sa droite. Macon est sur ma gauche.

Pouce sur la carte… 4 min…
Ma jolie trace stabilotée croise un trait : je regarde dehors
je dois être là…
Nickel ! 🙂

4 min plus tard, re-vérification… je suis au bon endroit.
C’est le bon cap et le bon timing

Mais c’est que c’est cool cette façon de naviguer ! No Stress !
Et le GPS de l’iPad me confirme cela.
Oh cette navigation commence bien ! 🙂

Je passe Macon.
La zone militaire R45 n’est pas loin. Jouons le jeu comme si elle était ouverte car j’espère bien repasser par ici en semaine.
Je tire le manche et monte tranquillement pour passer au-dessus de cette zone.

Ah ? Madame météo me rappelle les principes de l’air.
Je suis ballotté gentiment de partout.
Je réduis la vitesse, mise en palier…
Cela ne s’arrange pas ; j’entend le moteur et les bruits d’air qui sont totalement différent.
Je redescend pour retrouver un air plus stable.
Mais le colibri grimpe toujours ; le vario me le confirme.
Bah, laissons le faire… ça redescendra bien…
Confirmation.

Oh mais et oh, non mais ! c’est qui le Patron ?
Alors, je remets des tours…
Tien une zone d’ombre sur la droite ? y’aurait pas un nuage au-dessus? Alors direction cette ombre !
Banco ! je grimpe, ça monte… 3000 ft.. 4000ft…. mise en palier
Je suis bien, même si cela ballote un peu mais je suis au-dessus de la zone : Objectif atteint !

Mais où suis-je finalement ?
Ne pas regarder le GPS !
Cherches ton repère sur la carte…
pas de risque, tu connais le quartier.
4 min de passé non ?!
oui, je dois être là … Tournus doit être sur ma gauche…
Et ben merde, non ! Tournus est bien devant moi et si je continue ainsi il passera à ma droite.
Bon je ne suis pas perdu mais je ne suis pas où je voulais être.
Confirmation de l’iPad… je dérive.

Reprise du bon cap.

Vlan, je suis chassé sur le côté… le vent est là ; Samir m’avait dit « Thermique » ben y’a aussi du vent. Je me traine.
J’avais prévu un 170 km/h de moyenne. Je suis à 150 km/h quand à ma vitesse sol elle tourne vers les 140km/h ^^ L
Confirmation y’a du vent à cette altitude d’après l’application Skydemon de mon Ipad.
Je monte un peu plus, ça secoue…
Je descend un peu, je me fais chahuter.
Le cardio augmente.
Respires.
Finalement 4700 ft,
Je suis bien là non… ?
tu te traines mais tu avances et la visibilité est superbe.

Chalon sur Saône en vue.
Je bascule sur la fréquence radio de Champforgeuil pour entendre le trafic.
Y’a du monde dans la boucle notamment les parachutistes.
Ah oui, je vois leur avion piquer d’une force vers la piste pour chercher un autre groupe de fous dingos ah ah :p
Où sont ces parachutistes ?!?
no stress…

Je laisse Chalon sur ma gauche.
Toujours mon pouce sur la carte, j’avance…
Le timing est KO mais je suis sur le trait que j’ai dessiné.
Allez je laisse tomber le chrono.
Je ferai mieux la prochaine fois et j’ai assez sous la quille et dans les réservoirs pour arriver à bon port.
Ça y est Beaune en visu avec Seurre également au loin avec ces Silots qui se dressent.

L’idée me traverse l’esprit de passer par la Côte de Beaune et de faire une perpendiculaire pour rejoindre l’aérodrome de Challanges, il y a une superbe visibilité mais la radio s’emballe :
« Hélico machin… en vol baptème entre 2000 et 2500 ft dans l’ouest de Beaune »
Non, mais hé haut les gars ?! c’est 2000 ou 2500 ft ? grrrr

« Hélico bidule… en 03, je monte à 1500ft »…
Hein ? Non, mais tu montes où toi ???
et puis il dit la 03 ?? je suis sûr que c’est la 21 vu le vent qui me freine.
D’ailleurs, Skydemon m’indique bien de prendre la piste 21 qui semble prépondérante.

« Beaune, aligné, je décolle en 27 »…
27 ?!? je suis où ?
« Correction, décollage 21 » :
OUF !
Ah, une jeune demoiselle qui est entrain de prendre un cours. Le stress nous fait faire des erreurs, ça arrive, on est tous passés par là 😉

« Beaune, DR400 dans l’ouest à 3 nautiques, rappellerai pour passage verticale »
Mais Putain ! T’es où zozo ?! quelle altitude ? et puis tu vas où après Bordel de @#’@!!?

« Beaune, Xray Xray à DR400 dans secteur ouest, quelle altitude ? Beaune »
« euh… euh… 3000ft, 3200ft »

Pfff, je suis 1500 ft au-dessus et je ne le vois pas du tout ce con pourtant j’ai une superbe visi avec cette superbe verrière.
« Beaune, Xray, Xray à xxxx, visuel négatif, dans quel secteur ? Beaune »

« euh… enfin, euh, ouest, … plutôt sud-ouest … »

Oh il me saoule, virage à droite, un regard derrière moi : ouais, c’est cela, t’es plutôt plein sud DU CON !

Surveilles le mais laisses tomber la radio, la piste arrive et y’a 2 voire 3 hélicos dans les parages que tu ne vois pas… et puis, ils ne font pas de radio
vu comment j’en vois un se poser pffff.

Verticale. La chaussette est là… c’est ? oh merde, c’est plein travers L
C’est quoi la piste préférentielle ?… car l’ULM a pris la 21, les hélicos la 03 ?
Merde, j’ai oublié cela dans ma prépa ! faudra que je note cela pour la prochaine !

« Beaune, ULM xxx au point d’arrêt, je m’aligne sur la 21 »
Bon voilà, c’est clair alors, je vais faire le toutou et suivre « Beaune, Xray, Xray, verticale, je me reporte en vent arrière 21 ».

Réduction, un p’tit virage 160°sur la droite.
J’évite le village dans l’Est en l’enroulant.
Tiens, je me rappelle de mes tours de piste il y a 20 ans en DR315 et il y a 6 ans sur le Polaris FK14 😉
et je me retrouve en vent arrière 21,

Préparation de la machine en surveillant la piste.
Et là, un léger stress monte ! c’est que… là, c’est plein travers en fait ? et la piste est en dur !
Don’t worry, tu sais faire…
Pente, vitesse et douceur. Si cela ne va pas, tu remets les gazs.
Si tu le sens pas, tu rentres au bercail.

Annoncé en Finale.
elle est où la ligne électrique ?… oui là 🙂
Et maintenant la départementale :
le camion passe… je suis assez haut. Bien

Regardes bien devant, manche dans le vent… doucement, doucement… décrabes….
YES ! un KISS !

Freinage.
« Beaune, Xray, Xray, vitesse contrôlée, 180 et je remonte la piste »
« Xray Xray, piste dégagée, je roule au parking »
« Xray Xray, je coupe la fréquence »

Je coupe le contact. Silence.
Je regarde ma montre : 54 min au lieu des 30 min. Il ne va pas falloir que je traine !

Mes parents sont là avec Tom, mon neuveu au bureau des pilotes.
Je n’ai pas encore repris mes esprits. 1ère navigation de presque 1h et en solo, ce n’est pas de tout repos.
Je prépare la machine prêt à repartir : nouvelle navigation papier,… ect… car je regarde les nuages : il y a 10 min, grand bleu mais je vois du gris un peu par là L

Ayant remis de l’ordre et assuré la sécurité, je leur fais signe de me rejoindre sur le tarmac.

Voilà, je vous présente le jouet de votre grand fiston.

Marc est aussi là. Je pensais voir son Ulm CT mais je n’ai pas le temps.
Je suis content de le croiser. Grâce à lui, son REX d’achat du CT, j’ai pu avoir des éléments très structurants pour me rassurer dans le projet d’acquisition du Texan. Merci l’ami !
« Tu as fait un attéro nickel bravo ! »
Wow, je suis flatté. S’il savait comme j’ai eu une légère angoisse dans ma vent arrière :p

Ma Maman me dit « Ton avion est très beau ».
Mon Papa à des personnes qui trainent sur le tarmac avec leur enfant : « il est tout neuf, c’est le sien »
Le président de l’aéroclub Beaunois et des instructeurs du club ULM arrivent derrière Marc : « Wow, quelle machine ! Superbe. C’est un ULM ? on dirait un avion. Et cette verrière ! Marc nous en avait parlé. Félicitations pour votre acquisition ».

Je fais asseoir mon neveu pour une photo.
Il ne dit rien, tout intimidé. N’empêches que le soir même il racontait « je veux apprendre à voler comme tonton » ah ah J

Je regarde ma montre, le temps file.
Mais je veux profiter de ces quelques minutes avec mes parents. On ne sait rien dit mais je sens de la fierté.

Difficile de poser par écrit ce que j’ai ressenti… juste que sur tout le vol de retour, j’étais sur un nuage.
Fais de tes rêves une réalité, ben voilà, c’est fait.

Ma maman ne montera probablement pas en avion avec moi car la peur de l’air, si je l’ai dompté, est quelque chose d’ancré dans nos gènes :p
mais je sais qu’elle aimerait bien être dedans car c’est vrai que ce Texan est beau et imposant, une belle voiture typée GT dans laquelle on voudrait faire une belle balade sur des routes tranquilles 😉

Marc m’indique de l’appeler pour de prochaines navigations en patrouille pour apprendre à passer des zones contrôlées bien chiadées.
Oh comme j’aime cette esprit de l’aviation. On s’entraide. J’ai des heures de vols mais je n’ai pas son expérience dans la navigation, c’est encore une autre façon de voler. Être accompagné est très rassurant.
Ca y est je viens une nouvelle fois de grandir.

Bon c’est l’heure.
J’ai encore une bonne 1h… si je dois encore me traîner à 150 km/h, je ne suis pas encore rendu
Je remets en position de sécurité les personnes qui m’ont accueillis .

Installation.
Brellage.
Le ciel est gris.
Chaque chose en son temps mais actives quand même.
Coup d’œil à la chaussette… Toujours Plein travers constant.

Don’t worry, c’est toi le patron.
La piste n’est pas large, ne laisses pas le colibri partir comme il veut

GAZZ ! Manche dans le vent…
Y’a encore bcp d’essence, n’oublies pas de bien faire ton palier d’accélération…

Ca y est le Texan se met dans le sens du vent telle une girouette, je grimpe en crabe
mais non, non c’est toi le patron allez joli Colibri on grimpe proprement
en prenant le cap avec une légère dérive pour ne pas gêner le hameau en bout de piste. Hey ! je rappelle aussi de cela dans mes vieux tours de piste.

Volets rentrés, pompe coupée… je grimpe, je grimpe…
mise en palier juste avant des nuages… 4300 ft
J’accélère… 170 km/h… 180, 190, 200… 4800tr/min à 75% de la puissance.
tssss, t’es content de titiller les 200 km/h mais ne joue pas avec le feu cela va re-secourer tôt ou tard…
et la vitesse limite la fameuse VNE, faut pas là dépasser pour la structure de la machine.

4300 trs, je trace à 190 km/h au badin. Au sol, j’avance c’est sûr mais je n’arrive pas à activer sur le skydemon l’affichage de cette vitesse sol. Bah, l’essentiel est de regarder dehors et je vois que je trace.
Je double un Jodel je pense. Le vent me pousse ! Enfin ! J

Tiens ca bouge ? un œil sur le côté, je suis presque au niveau de petites nappes nuageuses oh !!!! mais mais ? devant, il n’y a rien, tout est clair, bizarre ?!?
Je descend… je retrouve de la stabilité….
Effet d’optique : pas un seul nuage ou brume en face de moi.
J’ai remis mon doigt sur la carte. Mince, encore perdu dans le timing mais je suis sur le bon cap.
Secousse à nouveau. Un regard de côté à nouveau… à nouveau des nappes nuageuse sur un côté mais toujours rien devant…

Marc m’a dit, avant de redécoller : « passes au-dessus des nuages tout en ayant la visi, ce sera plus stable”.
Je monte… 5200 ft…
Je vois le sommet du mont blanc. C’est beau.

Chalon passe sur ma droite, Tournus sur ma gauche.
Je vois Macon….
Mise en descente…

Je suis heureux, seul au monde.
Je vais arriver avec 20 min d’avance pile à l’heure malgré le retard pris à l’aller, donc tranquille…

Je suis comme un poisson dans l’eau… enfin vous voyez l’image :p

Verticale.
Tiens ? et si je faisais une intégration comme JC me l’a montré la semaine dernière…
Oui J la confiance est là et puis j’ai encore 20 min.

Mauvaise idée car entre 1500ft et 2000ft, le vent est là, et oui, zone de rencontre avec les aspérités du sol, je n’avance pas…
Je me prends 18 min dans la vue…

Samir se moque de moi au sol « Tu t’es pris pour un Boeing en approche ? ah ah :O) »
Ah ah, oui, j’ai oublié que je pilote un ULM 🙂

Je m’extrais du Colibri.
J’ai bu ma bouteille entièrement.
Je suis amorphe.

Je note mes heures… presque 2 h.

Je m’assoie au bar.
Mélanie me dit « ça va Didier ? »
« Oui… je suis sur un nuage hi hi »

Emotionnellement j’ai mis 3 jours à redescendre J
1 semaine plus tard, je refaisais une navigation à Monceau les mines, lieu que je connais, en m’imposant un exercice de déroutement car la pluie sur Paray le Monial tombait.
Aucun stress.
Maîtrise et pas de sur-confiance.
Juste confiance en moi, en mes capacités.

Cette navigation sur Beaune, berceau de l’aviation, qui fut mon berceau de bébé pilote, a finalement été un déclic pour moi.

J’avais une petite appréhension de la navigation, une peur de l’inconnue, bref une peur de me faire confiance.
Le costume de Pilote des Caraïbes cet été m’a probablement permis de me préparer à grimper cette marche.

Merci à Jérémie pour le soutien moral et rassurer le Didier anxieux perfectionniste.
Merci Marc d’avoir acceuilli mes parents, gérer un stress indirect pour l’apprenti pilote que je suis.
Mes parents… merci… ils le savent.

Mon bureau commence à devenir un beau bordel avec la préparation de nouvelles navigations : Ambert dans l’ardèche, Vienne, Pérouge du côté de Lyon. Lons le Saunier, Colmar et Strasbourg.

Oh le pied ! je suis impatient 😀

No comments
Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité